Ces publications sur les fleurs de Bach qui nous font réagir…

De nombreux magazines publient des articles mettant en avant les effets des fleurs de Bach, mais il arrive aussi qu’ils ne soient pas en faveur de celles-ci.
Cela a notamment été le cas dans le dernier numéro de Que Choisir, de septembre. Quand Michèle, membre actif de La Petite École des Fleurs de Bach, a lu l’article, elle a aussitôt informé LPEFB, il faut réagir ! Oui, mais comment ?
Que faire face aux détracteurs, aux sceptiques, aux accusateurs qui nous blessent non seulement dans notre amour des fleurs de Bach mais aussi dans notre savoir-faire ?
Voici quelques réactions de conseillères en fleurs de Bach qui nous partagent leur vécu.

07/10/20

Pour ou contre les fleurs

Véronique Heynen-Rademakers

LPEFB vervainDepuis toujours, certains aiment les fleurs, d’autres pas. Nous découvrons parfois des articles de presse faisant l’éloge des fleurs et d’autres les diabolisant.

Au début de mon parcours fleuri, Vervain est vite devenue une de mes compagnes. Elle illustre bien l’enthousiasme avec lequel je suis “tombée en amour” avec les fleurs, la flamme avec laquelle j’ai toujours eu à cœur de diffuser le merveilleux message du docteur Bach. Comme nous le savons, nous avons en nous l’équilibre et le déséquilibre : combien de fois me suis-je enflammée à la lecture d’articles partiaux, injustes, remplis d’erreurs voire d’accusations. Peut-être serait-il plus juste de dire que je me suis consumée…
Révoltée, je voulais réagir, bondir, rectifier… La justicière en plein. C’était là l’indication qu’il est plus que temps de prendre mes fleurs…

Au fil des années, mon esprit s’est ouvert, le feu de la révolte s’est apaisé pour garder mon énergie centrée sur une diffusion colorée, douce et tolérante du message de Bach. Chacun son avis… Chacun sa route, chacun son chemin…

Heureusement, car à l’heure actuelle, notre quotidien est parsemé de nouvelles et d’informations, souvent contradictoires ou insensées. C’est là que je mesure l’impact profond des fleurs : je peux consulter cela sans m’emporter, garder mon axe et rester fidèle à mes valeurs.

Il y a peu, une conseillère attentive a attiré notre attention sur un article très dur envers les fleurs. Je l’ai survolé, j’ai soupiré et ma réaction a été de dire “laissons pisser le mouton”… Moins nous ferons de cas de cet article, plus vite il tombera dans l’oubli parmi les milliards d’articles accessibles aujourd’hui. Ensuite, cela me pousse à rendre mon message encore plus juste, plus posé, et – Vervain jusqu’au bout – plus convaincant 😉

Merci les fleurs d’être sur le chemin de ceux qui les apprécient et qui en ont besoin !

Les clés pour mieux connaître les fleurs de Bach

Katherine Camara López

LPEFB vervainEn octobre 2018, j’ai lu sur le journal Métro, un article consacré aux fleurs de Bach intitulé “Les fleurs de Bach, la thérapie par les plantes”.
Très naïvement je me suis penchée sur l’article avec beaucoup d’enthousiasme et curiosité.

Enthousiasme qui, au fur et à mesure que ma lecture avançait, diminuait. J’ai senti comment peu à peu mon côté Vervain commençait à s’éveiller face à ce que je sentais comme un regroupement de mots dissemblables qui n’avaient pas de sens et qui étaient loin de décrire ce qui est vraiment le système Bach.
Des informations incongrues concernant la méthode, la posologie, même la philosophie du Dr. Bach que je sentais déformée.
J’étais très révoltée, en connaissant les fleurs en tant qu’usagère depuis plus de 20 ans et en étant conseillère agréée depuis pas mal d’années, de lire toutes ces interprétations qui mettaient en évidence, à mon goût, un manque d’information.

A ce moment-là je n’avais plus un côté Vervain, j’étais devenue la Vervain réincarnée !
J’ai eu envie de contacter la personne, de l’inviter à venir dans mon cabinet afin de lui partager ma vision des faits, de la convaincre en quelque sorte que les fleurs de Bach étaient plus que ce qu’elle décrivait, ou d’écrire un article pour “contrattaquer” celui-là, bref, d’agir, de faire quelque chose, mais…

Avant de faire quoi que ce soit, j’ai eu le bon réflexe d’inviter Vervain dans mon verre d’eau, j’ai respiré, j’ai laissé un moment d’intégration, de digestion de mes émotions.
Je sentais comment mes émotions commençaient à prendre leur juste place, comme j’ai commencé à laisser une distance plus appropriée entre moi et l’article qui me permettait d’y voir plus clair, de mieux sentir ce que je voulais faire vraiment avec cet article et dans quel but ?
Sentir que c’était une voix parmi les autres qui par méconnaissance jugent les fdB sans vraiment aller d’abord à la rencontre d’une conseillère, ou sans peut-être n’avoir jamais lu un livre sur le sujet, m’invitait à réagir d’une manière plus constructive et sortir du mode réactionnaire.

Ainsi, j’ai gardé l’article pendant 2 ans et c’est aujourd’hui que l’occasion est venue de vous partager la position que je sens être la plus juste pour moi, une position de cocréatrice de cette réalité.
Car même si les fleurs de Bach sont à portée de main en pharmacie et parapharmacie il y a encore un public qui restera subordonné à des articles comme celui-là.

Avec mon côté Vervain, aujourd’hui en équilibre, je sens que mon rôle de conseillère-enseignante et pédagogue peut faire plus que jamais la différence. Je continuerai donc à enrichir ce chemin parallèle de conseillère en fleurs de Bach, pour celles et ceux qui veulent prendre en main leur santé et devenir autonomes.
En plus des ateliers autour des fleurs, que je propose, présenter à travers des articles différents livres que le grand public aurait l’occasion, en toute simplicité, de s’approcher, de faire connaissance et puis d’en créer leurs propres conclusions.

Mais aussi cet article m’a permis de m’affirmer plus dans mon rôle de pédagogue en ouvrant les portes au grand public en proposant la préparation de mélanges par courrier.
Car mon rôle de conseillère et surtout de pédagogue est un maillon de la chaîne de transmission entre mon client et le système Bach.
Bref toute une série de réflexions que ne permettront pas de changer l’avis des autres mais en tout cas peut-être de former un avis critique basé sur la connaissance du système de fleurs de Bach en faisant toujours la différence entre la compréhension et la distorsion de l’information.

Les fleurs du mal

Nathalie Auzeméry

LPEFB flaconNous avons tous été confrontés à un moment donné de notre vie à une situation où quelqu’un tire à bout portant sur le travail de Bach.
Comment faire face à l’adversité quand nous tombons sur un article, un livre, une émission, ou des personnes qui veulent du mal aux fleurs de Bach ?

Bach lui-même souvenez-vous était la cible de sarcasmes avec sa méthode de soin peu orthodoxe, aussi, il se savait menacé par l’ordre des médecins qui lui écrivait régulièrement des courriers, pour qu’il puisse justifier de son travail avec les publicités et parutions, sur les plantes qu’il avait découvertes.

Ne pas me laisser envahir et affecter au point de chambouler ma façon de voir les choses, Walnut m’accompagne sur ma faculté à rester constant et à aller là où ma mission se trouve.

Et si cela avait des répercussions sur mon entourage ? Sur mon travail en cabinet ? Et si je devenais la cible de moqueries ? Cesser de m’inquiéter au sujet d’hypothétiques conséquences d’un tel acharnement Mimulus va enrayer mes peurs qui touchent mon cœur.

White Chestnut apaise et calme le flux de mes pensées persistantes, celles qui épuisent mes facultés de réflexions, en me coupant de l’instant présent en entachant mes capacités de vivre réellement ma vie.

Pour ne pas être à mon tour assailli pour le jugement et la condamnation à l’encontre de ceux que je considère comme mes détracteur, ces imbéciles, ces crétins, ces nuls…Beech.

Merci de comprendre à travers toutes ces émotions, que mon chemin est encore à parcourir, Merci à ces évènements de me permettre de renforcer ma foi et mon engagement, pour réaffirmer mes convictions, de ce pour quoi j’ai décidé d’œuvrer.

Restons éveillés pour garder nos libertés

Michèle Boivin

LPEFB OliveEn général face au scepticisme de certains pour les fleurs de Bach, je suis plus dans la pédagogie, j’explique la méthode, la vie du Dr BACH, car bien souvent c’est l’ignorance qui fait peur, je donne des exemples concrets pour démontrer qu’il existe toujours deux faces à toute chose et qu’en changeant de point de vue on s’en sort toujours plus grandi.

Parfois je me sens démunie par exemple face à la violence de cet article, je ne croyais pas ce que je lisais, j’étais incrédule pour moi ce sont des paroles d’un autre âge celui où on brûlait les sorcières (mes sœurs), j’ai été touchée au cœur, au plus profond de mon être.

Ensuite le réveil face à l’attaque, prise de conscience qu’il faut réagir, restituer l’équilibre en informant la Petite École, en se regroupant, en donnant la parole et rester toujours vigilante sur la montée en puissance des restrictions de libertés en tout genre : de penser, de se guérir….

Pour la petite histoire c’est une amie que j’ai accompagnée avec les fleurs ainsi que toute sa famille qui m’a alertée sur cet article, donc notre Force ce sont tous ces témoignages des personnes qui ont un jour rencontré les Fleurs sur leur chemin ; donnons-leur la parole pour justement apporter un équilibre face à nos détracteurs.