Dr Edward Bach et ses fleurs
Qui était Edward Bach ?

LPEFB Edward Bach

Dr. Edward Bach a préparé, dans les années trente, 38 élixirs-mère à base de fleurs et plantes.
Ces élixirs permettent d’améliorer les états émotionnels qui peuvent être source de déséquilibre dans notre quotidien.

La maison du Dr Bach, Mount Vernon, se trouve à Brightwell-cum-Sotwell, dans l’Oxfordshire, au Royaume-Uni.

Biographie
1886 LPEFB Edward BachEdward Bach est né le 24 septembre 1886 à Moseley, près de Birmingham, en Angleterre.
1906 En 1906 il entreprend des études médicales à la faculté de Birmingham puis à l’University College Hospital (UCH) de Londres.
1912 Il obtint, en 1912, un double diplôme au Royal College of Surgery et au Royal College of Physicians, puis le diplôme de médecin et de chirurgien de l’UCH.
1913 LPEFB Cabinet LondresAprès avoir travaillé en milieu hospitalier il ouvre un cabinet dans Harley Street, en 1913..
1914 En 1914, il épouse Gwendoline Caiger. Il obtient le diplôme de Santé Publique de Cambridge.
1915 De santé précaire il est dispensé de service militaire et devient assistant en bactériologie à l’UCH.
1916 En 1916 naîssance d’une petite fille, qu’il a eue avec Kitty Light, sa future deuxième femme, qu’il épouse en mai 1917.
1917 En avril 1917, mort de sa première femme Gwendoline. En juin 1917, à la suite d’une grave hémorragie, il est opéré d’un cancer. On lui donne trois mois à vivre. Mais il se rétablit et poursuit ses travaux de recherche.
1918 Au printemps 1918 c’est la terrible pandémie connue sous le nom de “grippe espagnole”. Le Dr Bach aurait travaillé alors à l’University College Hospital.
1919 LPEFB hôpitalEn mars 1919 il entre au London Homeopathic Hospital.
1919 LPEFB HahnemannIl y étudie les travaux de Samuel Hahnemann, médecin allemand et fondateur de l’homéopathie, dont la doctrine est “Traiter le patient et non la maladie”, et qui a découvert qu’il existait une corrélation entre certaines maladies et les “poisons intestinaux”.
Le Dr Bach élabore alors ce qu’il appellera plus tard “les sept nosodes de Bach”, sortes de vaccins homéopathiques.
1922 En 1922, surchargé de travail entre l’hôpital et ses consultations privées, Bach abandonne son poste à l’hôpital homéopathique et s’installe dans un grand laboratoire à Park Crescent, dans Londres, pour se consacrer à ses recherches.
Au cours de ses voyages à la campagne il s’attache aux plantes et cherche leurs principes actifs.
1924 Lors du congrès homéopathique britannique de Londres, Edward Bach lit un article intitulé “Intestinal Toxaemia in its Relation to Cancer” (Toxémie intestinale en relation avec le cancer), qui traite des effets d’un régime alimentaire combiné à un traitement vaccinal. Il observe que “le bénéfice obtenu est dû à une amélioration générale et non à un traitement local”.
1925 Ecrits : “Chronic Disease : A Working Hypothesis”
(Maladie chronique : une hypothèse de travail). Cette publication est rédigée avec le Dr C E Wheeler, qui l’avait assisté dans ses recherches à l’hôpital homéopathique de Londres.
1927 Ecrits : “The Problem of Chronic Disease”
(Le problème de la maladie chronique). Le Dr Bach a lu cette communication rédigée avec avec les Drs C E Wheeler et T M Dishington, lors du Congrès homéopathique international de Londres
1928 En septembre, à la suite d’une impulsion intuitive, Edward Bach se rend au Pays de Galles où il trouve les trois premiers remèdes floraux à Crickhowell : Impatiens, Mimulus et Clematis. En novembre, dans une allocution à la British Homeopathic Society, il fait référence au fait que certaines plantes ressemblent aux nosodes bactériens dans leur action.
1929 En décembre il abandonne définitivement la thérapie nosodale et toutes les méthodes de traitement, à l’exception des “herbes pures et simples de la campagne”. Il finit par découvrir qu’il existe 12 groupes ou états d’esprit prédominants.
1930 En mars 1930 il quitte Londres pour s’installer au pays de Galles, dans le Norfolk, pour poursuivre intensément ses recherches. Il y découvre Agrimony, Centaury, Chicory, Cerato, Vervain et Scleranthus, et y perfectionne la méthode de solarisation.
1931 Ecrits : “Ye suffer from Yourselves”
Conférence donnée par le Dr Bach à une société homéopathique à Southport, dans le Lancashire, en février 1931. Cette conférence a coïncidé avec la première publication du livre “Heal Thyself” sur la philosophie de la guérison et de la santé.
1931 Ecrits : “Heal Thyself – An Explanation of the Real Cause and Cure of Disease”
(Guéris-toi toi-même – Explication de la véritable cause et du remède de la maladie)
Publication de son livre-phare, où il explique la philosophie qui sous-tend tout travail pratique avec les remèdes. Il s’intéresse à la cause réelle et à la guérison des maladies et donne des conseils pratiques et spirituels sur la manière dont nous pouvons tous contribuer à notre propre guérison.
1932 En 1932 il décrit 12 plantes, connues sous le nom des “12 guérisseurs” : Impatiens, Mimulus, Clematis, Olive, Vine, Agrimony, Chicory, Centaury, Cerato, Gentian, Rock Rose et Scleranthus.
1932 Ecrits : “Free Thyself”
(Libère-toi). Livret de présentation des 12 premières fleurs de Bach.
1933 En avril 1933 il part s’installer définitivement à Sotwell, à 15 km d’Oxford, dans une maison appelée Mount Vernon, et poursuit ses découvertes. Des amis suisses lui envoient Vine, et des amis italiens Olive, préparés selon ses demandes.
1933 Ecrits : “The Twelve Healers and Seven Helpers”
(Les douze guérisseurs et les sept aides).
1935 LPEFB RemediesEn 1935 le Dr Bach le Dr Bach entame un nouveau cycle de remèdes. Il a découvert dix-neuf remèdes de plus, ainsi que la méthode d’ébullition.
Lorsqu’il atteint 38 remèdes il annonce que son système est complet, et le classifie sous sept “groupes” généraux. Il crée aussi cette année-là le Rescue Remedy, son remède de secours pour les chocs violents. Il est aidé par Nora Gray Weeks, son assitante, et par son ami Victor Bullen.
1936 Ecrits : “The Wallingford Lectures”
(Les conférences de Wallingford)
Le Dr Bach donne, le 24 septembre 1936, deux conférences au Masonic Hall à Goldsmiths Lane, Wallingford, le jour de son cinquantième anniversaire (et quelques semaines avant sa mort).
Dans la première allocution, publique, “La Guérison par les Plantes”, il décrit sa nouvelle méthode phytothérapique.
Dans sa seconde allocution, privée, “La Conférence Maçonnique”, pour “ses frères maçons”, il reprend les grands principes qu’il venait d’énoncer.
1936 Ecrits : “The Twelve Healers and Other Remedies”
(Les douze guérisseurs et autres remèdes). Octobre 1936, édition définitive en 1941.
Le texte original du Dr Bach qui nous présente son travail de découverte des 38 Fleurs de Bach. Les 38 remèdes sont regroupés en sept catégories utiles et des conseils sont donnés sur les types de personnalité les plus susceptibles de bénéficier de chaque remède.
1936 Pour la deuxième fois de sa vie Edward Bach tombe gravement malade. Il s’éteint à 50 ans, dans la soirée du 27 novembre 1936.
Mount Vernon prend le nom de Bach Center, et ses “héritiers” se consacrent à la production des teintures mères et des élixirs floraux.
Mount Vernon

Le Dr Edward Bach (1886-1936) a mis au point un système de guérison impliquant des remèdes à base de plantes, dans sa maison et son jardin de Mount Vernon, au sud d’Oxford, en Angleterre.

La méthode

Texte du Dr Bach lu par John Ramsell

Le Dr. Bach voulait que sa méthode soit simple, elle est donc accessible à tous.

Vous pouvez :

  • Télécharger gratuitement un exemplaire des Douze guérisseurs et autres remèdes.
  • Vous demander “comment je me sens en ce moment” et essayer de faire correspondre ces sentiments à une ou plusieurs fleurs.
  • Essayez d’inclure au moins un remède qui convient à votre personnalité en général, sauf si vous trouvez cela difficile.
  • Si vous souhaitez inclure plus de sept remèdes, laissez ceux qui se rapportent à des sentiments passés, ou dont vous n’êtes pas sûr.

Prenez les remèdes dont vous avez besoin, sous la forme qui vous convient :

  • Mettez deux gouttes de chaque remède dans un verre d’eau et prendre une gorgée au moins quatre fois par jour.
  • Mettez deux gouttes de chaque remède dans un flacon compte-gouttes 30ml, et prenez quatre gouttes, au moins quatre fois par jour.
  • Mettez deux gouttes de chaque remède choisi directement sous votre langue, et répéter au moins quatre fois par jour.
  • Réviser votre choix de remèdes après trois semaines, ou chaque fois que vous vous sentez que les choses ont changé.

Des conseillers agréés peuvent vous aider chaque fois que vous aurez besoin d’aide.

Choisir les fleurs
  • Il y a 38 remèdes dans le système de Bach.
  • Tous ont été découverts entre 1928 et 1935 par le Dr Edward Bach, médecin, bactériologiste, et pathologiste.
  • Chaque remède est associé à une émotion de base. Mimulus, par exemple, est le remède dont nous avons besoin lorsque nous avons peur à cause de quelque chose en particulier.
  • Les remèdes sont presque toujours vendus sous forme liquide, on peut donc les mélanger en fonction de notre situation émotionnelle du moment.

Bach Remedies

Préparation : des essences-mères aux élixirs

Le Dr Bach a préconisé deux méthodes de fabrication des essences-mères : la solarisation et l’ébullition.

Dans les deux cas il faut :

  • choisir des fleurs sauvages poussant en pleine nature, hors de toute pollution humaine et animale,
  • ne pas mélanger les espèces mais sélectionner une seule fleur à la fois,
  • cueillir la fleur à sa période de floraison maximale,
  • utiliser de l’eau de source, ou de l’eau la plus pure possible,
  • ne pas toucher avec les mains les fleurs choisies mais les couper avec des instruments propres et les manipuler avec une branche ou une tige de la même essence,
  • faire ses préparations le matin, après le lever du soleil.

La solarisation

Cette méthode est réservée aux fleurs fragiles.
Il faut choisir une matinée sans nuages, avec un franc soleil.

  • mettre dans un récipient de l’eau pure et les sommités fleuries,
  • laisser sous le soleil pendant 4 heures environ,
  • sous l’effet de la chaleur la température s’élève dans le mélange, sans jamais bouillir, et des bulles se forment à la surface,
  • après cette longue exposition, qui permet aux principes actifs de se diffuser lentement, filtrer la préparation dans une bouteille en la remplissant à moitié,
  • y ajouter la même quantité de brandy à 40° d’alcool comme conservateur,
  • fermer hermétiquement.

L’ébullition

Cette méthode est adaptée principalement aux végétaux ligneux, arbres, arbustes, dont elle permet une extraction optimisée.

  • mettre de l’eau pure dans un récipient de cuisson, type casserole ou faitout,
  • y ajouter le mélange de fleurs et tiges,
  • porter à ébullition légère, et laisser le mélange dans l’eau bouillante pendant 30 minutes,
  • retirer ensuite délicatement le mélange et laisser la solution refroidir avant la filtration,
  • laisser reposer pour que le liquide sédimente autant que possible,
  • si nécessaire filtrer à nouveau,
  • ajouter ici aussi le brandy en proportions égales,
  • et fermer hermétiquement.

La teinture-mère obtenue par ces méthodes conserve indéfiniment ses propriétés et sa force vitale et servira de base à la préparation des flacons de réserve.

La dernière étape consiste à diluer encore les élixirs floraux et à les conditionner.

Pour le Dr Bach la première dilution est de 1/240, c’est-à-dire 1 goutte d’élixir mère pour 240 gouttes d’alcool.
Le mélange final est conditionné dans des flacons opaques munis d’un bouchon compte-goutte pour une utilisation facilitée.

Fleurs par méthode d’extraction

SOLARISATION
AGRIMONY Aigremoine
CENTAURY Centaurée
CERATO Plumbago
CHICORY Chicorée
CLEMATIS Clématite
GENTIAN Gentiane
GORSE Ajonc
HEATHER Bruyère
IMPATIENS Impatiente
MIMULUS Mimule
OAK Chêne
OLIVE Olivier
ROCK ROSE Hélianthème
ROCK WATER Eau de Roche
SCLERANTHUS Alène
VERVAIN Verveine
VINE Vigne
WATER VIOLET Violette d’eau
WHITE CHESTNUT Marronnier blanc
WILD OAT Folle Avoine
ÉBULLITION
ASPEN Tremble
BEECH Hêtre
CHERRY PLUM Prunier myrobolan
CHESTNUT BUD Bourgeon de Marronnier
CRAB APPLE Pommier sauvage
ELM Orme
HOLLY Houx
HONEYSUCKLE Chèvrefeuille
HORNBEAM Charme
LARCH Mélèze
MUSTARD Moutarde
PINE Pin
RED CHESTNUT Marronnier rouge
STAR OF BETHLEHEM Etoile de Bethléhem
SWEET CHESTNUT Chataîgner
WALNUT Noyer
WILD ROSE Eglantier
WILLOW Saule
BFRP

Les conseillers agréés par le Centre Bach (BFRP “Bach Foundation Registered Practitioners”) qui travaillent sous le Code de pratique agiront en tant que guides  et vous aideront à choisir les remèdes pour vous-même.

Stephen Ball, Centre Bach

Citations du Dr Bach

centaury

Et puissions-nous toujours avoir le coeur joyeux et reconnaissant envers le Grand Créateur de toutes les choses qui dans Son Amour pour nous a placé les plantes dans les champs pour notre guérison.

gorse

Guéris-toi toi-même.

hornbeam

Traiter la personne, non le mal. Traiter la cause, non les effets.

impatiens

La santé est notre héritage, notre droit. C’est l’union absolue et parfaite entre l’âme, l’esprit et le corps ; il ne s’agit pas d’un idéal éloigné et difficile à atteindre mais d’un idéal si simple et si naturel qu’il échappe à beaucoup d’entre nous.

honeysuckle

Tant que l’Ame, le Corps et l’Esprit sont en harmonie, rien ne peut nous affecter..

holly

Le malade de demain devra comprendre que lui, et lui seul, pourra soulager ses souffrances.

heather

Ainsi pouvons-nous de la même manière rechercher nos défauts et les éliminer en cultivant en nous la qualité opposée, supprimant du même coup la cause du conflit entre l’Âme et la personnalité qui est à l’origine de la maladie.

gentian

Pour ceux qui sont malades, la tranquillité d’esprit et l’harmonie avec l’âme sont la plus grande aide à la guérison.

elm

Si nous suivons nos intuitions, nos aspirations, nos idées et nos désirs personnels, nous ne devrions jamais connaître que joie et santé.

crabapple

C’est en vérité une grande chose que d’harmoniser notre conduite en cette vie avec les désirs de notre Âme et de nous maintenir dans un état de paix tel que les épreuves et agitations du monde ne puissent nous ébranler.

clematis

Nous sommes malades de nous-mêmes.

chicory

Il ne faut pas s’attacher aux manifestations mais aux causes : ce qui apparaît de la maladie est l’ultime résultat produit dans le corps.

chestnutbud

Le plus grand cadeau que nous puissions faire à autrui, c’est d’être heureux et optimiste en nous-même, car nous pouvons alors tirer ceux qui sont dans le désespoir hors de leur souffrance.